Mission économique & commerciale

Destination Côte d’Ivoire

La promotion 2018 du CPA de TBS, Toulouse Business School, a choisi cette année la Côte d’Ivoire pour développer une mission économique au bénéfice des entreprises    de la région Occitanie.

Les 24 professionnels expérimentés qui composent cette team de prospection commerciale vont apporter leur expertise et leurs convictions au service de ce challenge.

Les « CPA 2018 », dirigeants ou acteurs stratégiques d’entreprises, sont issus de PME, ETI et grandes organisations de tous secteurs d’activités : aéronautique, spatial, habitat, immobilier, bâtiment, équipement automobile, agroalimentaire, agriculture, transport, santé…

Les atouts-clés de ces professionnels :

  • Un haut degré de professionnalisme, avec en moyenne 20 années d’expérience, déployées dans des fonctions opérationnelles et/ou transversales : développement commercial, systèmes d’information, qualité, recherche et développement, juridique, bureau d’étude, etc.
  • Une capacité à traiter des dossiers stratégiques de haut niveau, compte tenu de leur parcours et de leurs responsabilités.
  • Une forte motivation à entraîner les entreprises de la région Occitanie dans cette mission économique et commerciale.

La Côte d’Ivoire : le choix de la dynamique d’avenir

La Cote d’Ivoire représente un marché intérieur de 26 millions d’habitants, stratégiquement situé au cœur d’une zone représentant 300 millions de consommateurs le long de l’océan Atlantique. Le port d’Abidjan, San Pedro, occupe une place prépondérante dans le dispositif de développement du pays : il constitue le premier port mondial exportateur de cacao.

Le pays enregistre depuis 2015 une croissance économique soutenue, de 8 % par an et la facilité de développer des affaires est satisfaisante. A ce titre, la Côte d’Ivoire s’inscrit au 4e rang des exportations des entreprises en Occitanie.

Les récentes études portant sur les évolutions des comportements de consommation dans le monde mettent en lumière un phénomène nouveau : le consommateur africain est aujourd’hui avant tout en recherche de qualité. Son pouvoir d’achat est désormais orienté à la hausse et il étudie le produit avant d’acheter. Les rapports de cabinets internationaux de prospective mettent en évidence quatre grands types d’activités dont le développement correspond aux attentes des consommateurs et aux projets de l’Etat Ivoirien :

  • Les biens de consommation,
  • Les infrastructures : bâtiment, travaux publics, transports en commun,
  • L’agriculture.

Interview : Marie-Paule Cazeaux, promotion CPA 2018

Pourquoi la promotion CPA 2018 a-t-elle opté pour le continent africain ?

«  Au cours de notre phase d’étude préalable au choix de la destination de notre mission économique, nous avons été surpris par la réalité du continent africain, très éloignée et même à rebours des clichés et pré-supposés.

De nombreux indicateurs économiques, sociaux et politiques sont non seulement positifs mais en progression : la croissance économique, le dynamisme démographique, le profil des investissements et des investisseurs, la vague de moralisation des pouvoirs politiques ou encore la demande de modernité des peuples…  Très concrètement, cela se traduit par exemple par une moyenne de 2 téléphones portables par foyer. Plus globalement, on observe de nettes évolutions dans de multiples domaines : vers une consommation « à l’européenne », vers des étendues de terres cultivées avec des moyens 3.0, vers une mixité des peuples issus de tous les continents…

Enfin, en 2035, l’Afrique sera le continent le plus peuplé et concentrera la population la plus active au monde. »

Source © The Boston Consulting Group (BCG)

Comment s’est affiné votre choix en faveur de la Côte d’Ivoire ?

« A l’examen des indicateurs classiques, nous avons dû écarter les pays qui n’offraient pas toutes les garanties de sécurité pour un groupe d’une trentaine de personnes comme le nôtre. Nous avons donc sélectionné la zone de l’Afrique Subsaharienne.

En rencontrant les professionnels des actions de développement économique à l’international de notre région, nous avons pu affiner notre choix. Ces éléments, associés aux orientations gouvernementales de ces derniers mois nous ont conduit à identifier un pays de la zone CDAO (Afrique de l’ouest).

La Côte d’Ivoire est alors devenue un choix naturel qui s’inscrit dans le prolongement d’actions menées par différents acteurs depuis 2015, que ce soit dans notre région, avec notamment la manifestation AKOMCA organisée à Toulouse à l’automne dernier avec le soutien de l’agence économique régionale Adoc (ex-madeeli) la CCI, mais aussi en dehors de notre région avec l’implication du Maroc, partenaire, ami et allié de la France, dans le développement de la zone subsaharienne. »

Notre proposition

L’équipe CPA 2018 propose une offre de services composée de plusieurs types de prestations :

Au-delà des prestations décrites dans notre offre, nous avons l’ambition de créer un véritable courant de développement économique entre nos 2 territoires.

A ce titre, l’agence de développement économique régionale AD’OCC, (qui regroupe les 6 anciennes agences de développement régionales) nous soutient et nous aide à mettre en place ce projet.

Nous organiserons notamment deux évènements à Toulouse (avril) et Abidjan (octobre) de type « Meeting Place ». Ces manifestations auront vocation à établir des collaborations durables entre les entreprises ivoiriennes et françaises et à mettre en place des projets communs :

  • en valorisant des savoirs et/ou des produits d’Occitanie auprès des décideurs Ivoiriens (entrepreneurs ou conseillers ministériels).
  • en promouvant des savoirs et/ou des matières et/ou des produits ivoiriens auprès d’entrepreneurs français.

« Nous soutenons l’action »

Note 1 : dans le cadre d’une contractualisation avec l’association CPA 2018 pour une prestation de conseil et de services pour la Côte d’Ivoires, votre société peut rentrer dans les dispositifs PASS Export et CONTRAT Export mis-en-place par la région Occitanie. Télécharger la notice technique
Note 2 : La fondation TBS. L’ensemble de vos versements dans le cadre du mécénat vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu ou d’impôt sur les sociétés de 60% de leur montant dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires. Pour les dons dépassant ce plafond, l’excédent est reportable successivement sur les cinq exercices suivants dans les mêmes conditions, après prise en compte des versements de l’année.

Simple Business by Nimbus Themes
Powered by WordPress